Premier avril : si nous parlions poisson ?

Au Moyen-âge, la nouvelle année ne commençait pas à la même date pour tous. D’un pays, d’une région, voire d’une ville à l’autre, l’année pouvait débuter à Noël, le 1er mars ou à  d’autres dates encore.

De façon plus répandue, on fêtait le Nouvel An le 25 mars, le jour de l’Annonciation du Christ à la vierge Marie par l’ange Gabriel. Les festivités duraient une semaine et se terminaient le 1er avril.

Ce n’est qu’en 1564 en France que Charles IX  impose la date du 1er janvier comme premier jour de l’année. Une unification des calendriers se fait progressivement dans toute l’Europe :  le chancelier Michel de l’Hospital, qui prépare l’Edit de Roussillon, reprend la logique utilisée par l’empereur du Saint-Empire romain germanique Charles Quint. Cette logique sera généralisée dans le reste du monde chrétien par le pape Grégoire XV en 1622, en faisant débuter l’année au premier jour de janvier.

Mais à cette époque, l’information met du temps à se répandre. Du coup, certaines personnes ont continué de célébrer la nouvelle année… le 1er avril. Et c’est pour se moquer d’eux que ce jour-là, les gens ont commencé à faire des farces.

Pourquoi le poisson est-il associé 1er avril ?

Diverses hypothèses sont formulées.Certains l’associent à l’ouverture ou la fermeture de la pêche et ce jour-là, la tradition voulait qu’un hareng soit offert aux pécheurs.

Dans d’autres pays d’Europe du Nord, comme l’Angleterre, le 1er avril est relié plus nettement à la tradition médiévale de la « fête des fous », le carnaval, qui se tenait à la fin de mars. On parle d’ailleurs en anglais d’april fool’s day (« jour des fous d’avril »).

Une autre histoire, plus récente, veut que le poisson en avril, était symbole du carême, période ou il n’est permis de manger que du poisson. Ainsi au début du XXième siècle, on s’envoyait des cartes de 1er Avril illustrées par des petits poissons, pour se souhaiter amour, amitié et bonheur !

Autre hypothèse, émise, selon Pierre-Marie Quitard, par le grammairien du XVIIe siècle Fleury de Bellingen : le poisson d’avril renverrait à la passion du Christ, et à son renvoi « d’Anne à Caïphe, de Caïphe à Pilate, de Pilate à Hérode, et d’Hérode à Pilate ». Les saynètes médiévales jouaient ce renvoi d’autorité en autorité, mais auraient remplacé la figure de Jésus par celle du poisson pour ne pas l’offenser, le poisson étant, par ailleurs un symbole utilisé par les premiers chrétiens.

Le symbole du poisson pour les chrétiens :

Dès le Ier siècle, les premiers chrétiens, lors des persécutions romaines, avaient choisi, en signe de reconnaissance, le symbole du poisson, et ce pour plusieurs raisons. La raison principale réside dans le fait que les premiers chrétiens ont vu dans le terme grec ICHTUS un acronyme, c’est-à-dire, un mot formé à partir des initiales de plusieurs autres mots. Effectivement, les lettres composant le mot « ICHTUS » (ἰχθύς ) peuvent signifier « Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur » :

 

I : Ἰησοῦς / Iêsoûs : Jésus
Χ : Χριστoς / Khristòs : Christ
Θ : Θεοῦ / Theoû : de Dieu
Υ : Υἱoς / Huiòs : Fils
Σ : Σωτήρ / Sôter : Sauveur

Visuel cathédrale 2016

Fiche téléchargeable à colorier ci-dessous:

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Télécharger le document