Homélie du Dimanche des Rameaux – Père Pierre Legendre

Passion selon St Mathieu 26,14 à 27,66

«  Mais la grandeur de la Passion, dont vous êtes cause, vous couvre peut-être de confusion. Ne craignez pas !

Cette croix n’est pas mon gibet, mais celui de la mort.

Ces clous ne fixent pas la douleur en moi, mais ils enfoncent plus profondément en moi l’amour que j’ai pour vous.

Ces blessures ne m’arrachent pas des cris, elles vous introduisent davantage au fond de mon cœur.

L’écartèlement de mon corps vous donne une plus large place en mon sein, il n’accroît pas mon supplice. Je ne perds pas mon sang, je le déverse pour payer le vôtre.

Venez donc, revenez, reconnaissez en moi un père que vous voyez rendre le bien pour le mal, l’amour pour l’injustice, une telle tendresse pour de telles blessures. » (St Pierre Chrysologue)

Que d’amour dans le Cœur de notre Dieu !!!

Comment ne pas penser à tous ceux qui, en particulier pendant cette crise du COVID19, se  dépensent sans compter pour nous!!! Ils savent qu’ils pourraient être contaminés, peut être contaminer leurs proches… et pourtant ils continuent à se dévouer. Dans le cas du personnel médical, des EHPAD, ils se plaignaient depuis des mois de la dureté de leur condition de travail, de leur manque de moyens…. Et ils en payent le prix fort, mais ILS SONT Là envers et contre tout.

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » dit Jésus. Ces personnes sont la vivante expression de l’amour profond qui habite le cœur humain : amour désintéressé qui a toujours existé, mais qui se manifeste avec force ces temps-ci.

Une difficulté majeure : que la source de cet amour ne tarisse pas ; que la fatigue physique, psychologique, l’éventuelle amertume ne prennent pas le dessus.

Probablement que beaucoup ignorent que l’Origine de la Source d’amour habite au plus profond d’eux. Combien il est urgent que les chrétiens témoignent de cette Source, de cet Amour toujours présent, toujours disponible, toujours surabondant et sans aucun préalable.

Et en plus, le Christ trouve sa joie à se donner : « j’ai soif » disait Jésus à la Samaritaine. « Si vous  deviez retenir une seule chose de cette lettre, que ce soit ceci », écrivait Mère Teresa : « « J’ai soif » est une parole beaucoup plus profonde que si Jésus avait simplement dit « Je vous aime ». Tant que vous ne saurez pas, et de façon très intime, que Jésus a soif de vous, il vous sera impossible de savoir Celui qu’il veut être pour vous ; ni celui qu’il veut que vous soyez pour lui. Le cœur et l’âme des Missionnaires de la Charité consistent exclusivement en ceci : la soif du cœur de Jésus caché dans les pauvres. »

Que notre prière et notre aide concrète, quand c’est possible, se fassent particulièrement instantes pour que le Seigneur puisse répandre son Amour comme un fleuve en nous, et par nous à tous ceux qui se donnent pour nous.

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Télécharger le document