Arrivée du Père David Djagba, prêtre associé à la paroisse à plein temps

Nous avons demandé au Père David Djagba, prêtre associé à plein temps à la paroisse depuis le 1er septembre 2020, de se présenter:

Présentation

Je suis originaire du Togo, qui est un petit pays de l’Afrique Occidentale. Il est situé entre le Bénin à l’est, le Ghana à l’ouest, le Burkina-Faso au nord et le golfe de Guinée au sud. Il a une superficie de 56. 600 km2 et une population estimée à 7. 500. 000. La moyenne de l’espérance de vie étant d’environ 55 ans pour les hommes et 65 ans pour les femmes, la population est majoritairement jeune. Le français est la langue d’administration depuis 1914, mais y on trouve plus de 47 langues locales, vivantes et porteuses des us et coutumes des différentes ethnies qui cohabitent pacifiquement, qui savent être fraternelles et solidaires, quand les hommes politiques ne les instrumentalisent pas. La religion dominante consiste dans la vénération des mânes des ancêtres[1] auxquels sont offerts des sacrifices d’animaux et des produits agricoles. On estime que les chrétiens sont 36% de la population, dont 30% de catholiques ; et les musulmans environ 15%.

Je suis d’origine paysanne, de la région nord, à la frontière du Burkina-Faso où j’ai mes racines familiales, précisément à Fada N’gourma. Après des études de Lettres à l’Université de Lomé, j’ai enseigné quelques années dans des collèges catholiques avant d’aller au séminaire pour la formation au sacerdoce. Ordonné prêtre en 2004 pour le compte du diocèse de Dapaong, j’ai été vicaire de paroisse, directeur du petit séminaire diocésain « Payenn » saint Clément, responsable de la commission diocésaine des vocations, aumônier, professeur de littératures et d’instruction religieuse au collège diocésain Saint Athanase. Dans le même temps, j’ai assumé les responsabilités de directeur de l’école diocésaine de la foi, de conseiller spirituel des Équipes Notre Dame et d’aumônier diocésain du Mouvement de la Légion de Marie. J’ai aussi collaboré avec les Maisons de formation religieuse, en donnant des cours de français, de liturgie et d’Écritures Saintes aux postulants et novices, et en animant les temps de récollection et de retraite spirituelle annuelle.

C’est en septembre 2012 que je suis arrivé à Lyon, où j’ai fait le master puis une thèse de doctorat en Théologie et Sciences patristiques. Je viens de publier cette thèse aux éditions du Cerf, dans la collection Patrimoines, avec comme titre : « Exégèse et prédication chez Quodvultdeus de Carthage : la fonction catéchétique de la typologie biblique ». Parallèlement aux études, le Cardinal Philippe BARBARIN m’avait nommé chapelain à la Basilique Notre Dame de Fourvière, de février à août 2013, puis curé du pays d’Urfé, à Saint Just-en-Chevalet (dans le Roannais), de septembre 2013 à fin août 2017 ; puis administrateur de la paroisse Notre Dame du Roule, à la Mulatière, pour deux ans, de 2017 à 2019.

Avant d’être nommé au service de la paroisse saint Marcellin Champagnat en Tricastin, j’ai passé l’année pastorale 2019-2020 à Nyons, pour préparer la publication de mon livre et pour aider mes confrères qui servent l’unité pastorale entre Lance et Ventoux.

Je remercie le Père Stéphane-Jacques Ruchon, les paroissiens de saint Marcellin Champagnat et les Frères Maristes de m’avoir accueilli pour cette année pastorale 2020-2021. Que le Seigneur nous donne de la passer dans la paix et la joie fraternelle.

Père David DJAGBA

[1]. Dans les religions traditionnelles africaines, le terme « mânes » désigne l’état dans lequel l’être humain se retrouve après la mort. Cet état tient entre certaines réalités terrestres que les défunts conservent, comme le besoin de manger et de boire, d’où les offrandes sacrificielles, et les réalités supraterrestres que les défunts acquièrent, comme l’invisibilité, l’ubiquité et la capacité de venir en aide à ceux des leurs qui vivent sur terre.

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Télécharger le document