[ Thêmes abordés ]
Toute paroisse doit annoncer l’Évangile, célébrer le culte et servir

« La vie de l’Eglise diocésaine », tel est le thème du sixième discours de Jean-Paul II aux évêques de France, à l’occasion de leur visite ad limina : il a été remis par le pape aux évêques des provinces ecclésiastiques de Lyon et Clermont-Ferrand (comprend les diocèses de Clermont-Ferrand, Le Puy, Moulins et Saint-Flour, Annecy, Belley-Ars, Chambéry-Maurienne-et-Tarentaise, Grenoble, Lyon, Saint-Etienne, Valence et Viviers), lors de leur rencontre ensemble, samedi matin, 7 février.


 

« Toute communauté ecclésiale, et particulièrement la paroisse (...) doit annoncer l’Évangile, célébrer le culte qui revient à Dieu et servir à la manière du Christ », déclare Jean-Paul II dans ce VIe discours aux évêques de France où il aborde la question du rôle des paroisses et des « missions fondamentales de la vie chrétienne ».

« La vie de l’Eglise diocésaine », tel est en effet le thème du sixième discours de Jean-Paul II aux évêques de France, à l’occasion de leur visite ad limina : il a été remis par le pape aux évêques des provinces ecclésiastiques de Lyon et Clermont, lors de leur rencontre ensemble, samedi matin, 7 février.

« Il est en effet pour les fidèles de bien saisir que la catéchèse des enfants, la vie de prière, le service des malades, ne sont pas des activités les unes à côté des autres, confiées à des « spécialistes » ou à des bénévoles, mais qu’elles correspondent à des missions fondamentales de la vie chrétienne », affirme le pape dans la première partie de son discours.


La vie et le rôle des paroisses
Le pape fait remarquer que « depuis la dernière Visite ad limina des Évêques de France en 1997, beaucoup de diocèses ont entrepris une réflexion importante sur la vie et le rôle des paroisses, rendue nécessaire à cause de l’évolution démographique et de l’urbanisation grandissante, mais aussi en raison de la diminution du nombre des prêtres, qui se fera encore plus sentir dans les années à venir ».

A la suite des synodes diocésains, remarque encore Jean-Paul II, « l’Évêque a décidé de mettre en œuvre une réorganisation pastorale de tout le diocèse, soit en créant de nouvelles paroisses, moins nombreuses et mieux adaptées, soit en regroupant les paroisses existantes dans des ensembles plus cohérents, afin de mieux servir les besoins de l’évangélisation ».

« Loin de se limiter à une simple réforme administrative et à un nouveau découpage des limites paroissiales, souligne le pape, cette réflexion pastorale a permis de faire un véritable travail de formation permanente et de catéchèse avec les fidèles, leur permettant de s’approprier de manière plus consciente les richesses de ce qui constitue la vie d’une paroisse, à savoir les trois grandes missions de l’Église : la mission prophétique, caractérisée par la charge d’annoncer à tous les hommes la Bonne Nouvelle du salut, mission confiée à l’Église par le Seigneur lui-même ; la mission sacerdotale, qui consiste à participer à l’unique Sacerdoce du Christ en célébrant les mystères divins ; la mission royale enfin, qui s’exprime dans le service envers tous, à la manière du Seigneur Jésus ».


Les missions fondamentales de la vie chrétienne
« Ainsi les fidèles ont pu évaluer ensemble la manière dont la paroisse s’acquittait concrètement de ses tâches, tout en apprenant à les relier entre elles et en comprenant mieux ce qui en fait l’unité. Il est en effet essentiel pour les fidèles de bien saisir que la catéchèse des enfants, la vie de prière, le service des malades, ne sont pas des activités les unes à côté des autres, confiées à des « spécialistes » ou à des bénévoles, mais qu’elles correspondent à des missions fondamentales de la vie chrétienne et qu’elles sont par conséquent le bien de tous, comme l’a si justement exprimé saint Paul en appliquant à l’Église la comparaison du corps (cf. 1 Co 12, 12-28 ).
Toute communauté ecclésiale, et particulièrement la paroisse, qui est la cellule de base de la vie de l’Église diocésaine, doit annoncer l’Évangile, célébrer le culte qui revient à Dieu et servir à la manière du Christ ».

Enfin, Jean-Paul II recommande aux pasteurs que ‘la communauté paroissiale exprime la diversité des membres qui la composent et la variété de leurs charismes, et qu’elle s’ouvre à la vie des associations ou des mouvements« , de façon à être »une expression vivante de la communion ecclésiale, qui met les biens de chacun au service de tous (cf. Ac 4, 32) et qui ne se ferme jamais sur elle-même« . »Ainsi les fidèles auront le souci de la communion dans la paroisse et se sentiront membres tant du diocèse que de l’Église tout entière", observe le pape.


L’identité propre du diocèse redécouverte
« Cette prise de conscience de l’identité véritable de la paroisse, qui n’est pas seulement un territoire géographique ou une subdivision administrative, mais bien la communauté ecclésiale fondamentale, précise Jean-Paul II, s’est accompagnée également pour les fidèles d’une redécouverte de l’identité propre du diocèse. Lui non plus n’est pas seulement une circonscription administrative, il est d’abord la manifestation d’une réalité ecclésiale : l’Église diocésaine, « portion du peuple de Dieu, confiée à un évêque pour qu’avec l’aide de son presbyterium, il en soit le pasteur » (cf. Christus Dominus, n. 11). Le diocèse est donc une entité vivante, une réalité humaine et spirituelle, famille de communautés que sont les paroisses et les autres réalités ecclésiales présentes sur le territoire ».

« Il me plaît de souligner, insiste Jean-Paul II, l’importance de cette redécouverte de l’Église dans sa véritable nature : elle n’est ni une administration ni une entreprise, elle est d’abord une réalité spirituelle, faite d’hommes et de femmes appelés par la grâce de Dieu à devenir fils et filles de Dieu, et entrés dans une fraternité nouvelle par le Baptême qui les a incorporés au Christ ».


extrait de Zenit.org





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP