Temps de réponse à la communauté St Roch
 

Avant la célébration eucharistique, Le Père Antoine informe les paroissiens présents que le Père Evêque ne fera pas d’homélie mais qu’il répondra aux questions après la messe. Il n’en fut rien ! Dès l’homélie, le père Evêque a voulu répondre aux interrogations des personnes présentes, tout particulièrement à cette question : Une seule paroisse et plusieurs communautés ne semblent pas satisfaisant, avez-vous une meilleure suggestion à nous proposer ?
Le père Evêque,imprégné des réflexions et des repères des sud-drômois, s’est appuyé sur la Parole de Dieu pour nous répondre et nous rejoindre.

Monseigneur LAGLEIZE a donc rebondi sur l’évangile de ce jour : « Jésus disait à la foule : « Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu’il fera très chaud, et cela arrive. Esprits faux ! l’aspect de la terre et du ciel, vous savez le juger, mais le temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas le juger ?... »

  • "La veille, une personne lui faisait remarquer les tours d’Eurodif et la direction de la vapeur d’eau : « Demain il va pleuvoir ». Chacun sait quel sera le temps du lendemain et effectivement la pluie nous est arrivée.
    Vous voyez la vapeur d’Eurodif s’orienter Ouest-Est vous dites, il va pleuvoir, et vous ne savez pas jugez le temps présent que nous vivons ! j’ai envie de dire : Esprits faux ! Eh bien non je n’ai pas de recette pour une meilleure vie entre les communautés au sein d’une seule paroisse.
    En France 2 modèles de création de paroisse nouvelle se sont instaurés mais aucun ne s’est avéré totalement satisfaisant. Un 3e modèle suppose un minimum d’organisation avec une personne identifiée comme référents de la communauté et un minimum de portes où les gens pourront frapper (accueil : Mariage - Baptême - Funérailles ...). Je constate que nous ne sommes pas souples pour vivre les réformes, nous sommes tellement habitués à vivre selon certains schémas et que nous sommes très vites dérangés. Maintenant notons bien qu’il faut compter 50 ans avant qu’une réforme soit adoptée. Donc patience, il faut du temps !
    J’ai rencontré des confrères, un évêque du Canada me présentant son diocèse grand comme la France dans lequel il a une cathédrale quelque part, pour un autre, son diocèse représente la superficie de l’Italie et dans ces conditions, ils sont obligés de prévoir des secteurs de missions. Notons que la France est le seul pays d’Europe où il y a des communes. Dans le département de la Drôme l’Eglise compte 22 paroisses, imaginez ce même département ne comportant que 22 communes, c’est la révolution ! En fait, l’Eglise est en avance sur la Société civile."

Enchaînant sur les réalités locales et souhaitant nous interpeller, il continua :

  • "Moi, je ne remarque pas que la communauté de Saint-Paul soit plus importante que celle de Pierrelatte. Par contre le marché de Pierrelatte est le plus important de la région, tout le monde le sait. Oui, mais c’est le marché, c’est pas l’Eglise. La vie des communes et de l’Eglise se mesure à l’importance du marché. Donc le marché de Pierrelatte : Quelle richesse ! Ne le voyez-vous pas ? L’Eglise est là .
    Il me semble que ce serait plus judicieux de nous poser plutôt ce genre de questions :
    • A quoi le Seigneur nous appelle ? Là dans votre communauté de Pierrelatte ?
    • Cherchons ensemble qu’est-ce qu’on pourrait faire ?
    • Discernons les signes des temps : Qu’est-ce que discerner ?
    Si je prends l’image de l’agriculteur qui va labourer son champ, il engage son soc de charrue dans la terre et il avance peu à peu. Discerner (maintenant et ici) ce n’est pas faire rouler le tracteur à fond, non, alors j’ai envie de terminer en disant :
    engageons-nous dans le sillon !"





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP