Temps de discussion avec les viticulteurs.

Pour mieux découvrir les réalités de notre région, l’équipe curiale et l’équipe de préparation de la visite a souhaité une rencontre avec les viticulteurs de la région pour prendre conscience de ce que vivent les agriculteurs...


 

La crise du vin a une très large répercussion dans notre région vu le nombre d’hectares de vignes et d’agriculteurs qui essaient de vivre de ce beau métier.
Il est sûr que la face visible est l’université du Vin de Suze la Rousse.. mais il en est une autre beaucoup moins belle !

La viticulture est en crise et les agriculteurs ont essayé de faire partager leurs souffrances et leurs peurs à notre évêque. Pour cette rencontre, Mgr Lagleize avait invité André Enders, diacre et ancien viticulteur (de Champagne) et qui a le soucis de ces problèmes.

En présence du président du syndicat des vignerons de Suze et de celui de la coopérative « La Suzienne », il a été rappelé qu’il était très difficile de continuer à faire de la vigne aujourd’hui par le manque d’entraide, et tout simplement d’aide de la part du gouvernement et des organismes financiers quels qu’ils soient.

En effet, la qualité du vin n’est pas en cause, tout au contraire, mais la politique du gouvernement par rapport à l’alcool y contribue. Un des viticulteurs faisait remarquer que « sur les publicités ou les panneaux d’affichage on ne nous montrait pas du pastis, du ricard ou du whisky mais bel et bien du vin rouge... ». Et reprenant la parole, il rajoutait que « les jeunes qui vont en boites de nuit et qui boivent, ils boivent quoi ? Moi, je vous le dis ce n’est pas du vin qu’ils boivent. Mais c’est nous qui trinquons !! »

Un autre viticulteur a partagé sur le problème de l’importation de vin étranger, pour la plupart de bas de gamme et bien sûr beaucoup moins cher :
« Maintenant, les consommateurs boivent de la piquette ; ils n’achètent plus de la bonne qualité car il n’ont plus d’argent ».

Attentif à toutes ces questions, Mgr Lagleize a proposé que des rencontres de ce type se fassent régulièrement ; qu’il y ait une attention particulière pour chaque viticulteur, et encore plus quand il est en grande difficulté, et qu’un mouvement de solidarité s’installe entre viticulteurs.






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP