Lettre à Jésus
 

Cher Jésus,

Dans quelques semaines, à Noël, on fêtera ton retour.
Si tu savais combien de millions de gens t’attendent !

J’espère que ton arrivée ne sera pas comme celle de Judée où les portes se fermaient...

Tes parents auront-ils plus de chance cette fois ? Les temps sont durs : la crise financière et immobilière, le chômage, les sans-logis... Je souhaite qu’ils ne soient pas obligés de se retirer dans le bois de Vincennes.

Tes parents feront l’impossible. Et puis les anges, les humbles de bonne volonté seront là chantant :« Gloire à Dieu ! »

Si tu dois raccompagner les mages venus d’Orient, que leur étoile - excuse ma témérité - brille dix fois plus pour que les fidèles d’Irak, d’Afghanistan, de l’Inde, du Vietnam... conservent une grande espérance.

Dans quelques semaines, tu partiras pour l’Egypte, prolonge ton voyage jusqu’au Darfour, en Somalie, au Kivu... pour apporter à leurs populations, la paix promise aux hommes...

Quand tu retourneras à Nazareth, que Joseph n’ait pas d’ennuis au check-point.

Je ne t’ai pas parlé de moi, tu me connais, ni de mes amis. Tu sais encore mieux ce dont ils ont besoin.

J’espère que tu répondras à ma lettre, par la poste, on ne sait jamais, ton facteur, l’Esprit, est si rusé. Il peut déposer ton courrier dans le fond de mon cœur. Je vais le garder bien ouvert.

Un gros bisous à ta mère, à toute la famille.

Je t’embrasse.

Un paroissien






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP