L’Onction des malades

Le sacrement de l’onction des malades est reçu pour le corps, pour sa guérison éventuelle, mais aussi pour la réconciliation avec Dieu : force spirituelle.


 

Le sacrement de l’onction des malades s’inscrit dans la droite ligne du baptême. La personne malade, la personne âgée dont les forces diminuent, est conviée, comme tout chrétien, à faire de sa vie une réponse personnelle aux appels de Jésus-Christ. L’onction peut devenir ainsi le « Signe de la Grâce de l’Esprit-Saint ».
Le sacrement des malades fait de celui qui le reçoit le témoin d’une Espérance. Il est signe de la tendresse de Dieu. Il est force dans la maladie, dans l’âge avancé, dans celui qui sent ses forces diminuées, dans celui qui va subir une sérieuse opération chirurgicale.
Le sacrement de l’onction des malades est reçu pour le corps, pour sa guérison éventuelle, mais aussi pour la réconciliation avec Dieu : force spirituelle.
Le prêtre qui donne ce sacrement est à la fois celui qui transmet la Grâce de Dieu à la personne, et celui qui reçoit comme un cadeau le fait de donner ce sacrement. Les paroles que le prêtre prononce en faisant une onction d’huile sur le front et dans les mains sont : Par cette Onction Sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit-Saint.
Le malade répond : « AMEN »
Ainsi, vous ayant libéré de tout péché, qu’il vous sauve et vous relève. Le malade répond : « AMEN »
Qui donc pourrait mieux en parler que ceux qui l’ont reçu :
« J’ai reçu à Lourdes l’onction par un prêtre du Niger qui a pris tout son temps pour parler avec nous (ma marraine et moi), et que j’ai retrouvé à la sortie. Il m’a dit qu’en repartant au Niger, il nous garderait toujours dans son cœur. » Je n’oublierai jamais ses paroles et son visage souriant. » (Marie-Hélène).
« J’ai ressenti une joie, une joie intérieure avec Dieu. Je me souviendrai de ce climat d’amitié et de tendresse qui nous a accompagnés tout au long de la cérémonie. Geste d’attention des prêtres pour chacun au moment de l’onction. Nombreux comme moi ont versé quelques larmes, larmes de regret de n’avoir pas été plus proche de Celui qui venait à notre rencontre pour nous pardonner. » (Hubert)
« Le jour important du « sacrement de réconfort » est là, que se passe-t-il ? Les paroles prononcées par le prêtre qui me donne le sacrement « Dans son grand Amour, que le Seigneur te relève et te sauve » ont provoqué en moi une grande vulnérabilité. J’ai alors versé toutes les larmes de mon corps. L’émotion terminée, mon cœur a changé. Peut-être est-ce cela la joie de la conversion : découvrir que Dieu t’aime ! Pour moi j’en suis convaincue. »(Gisèle)
Ce sacrement de l’onction des malades sera donné au cours des messes du dimanche 8 février, dimanche le plus proche de la 23e journée mondiale du malade, fixée le 11 février (Notre Dame de Lourdes).
« Tissez des liens » vous en a déjà informé. Comment ne pas saisir ce moment où se révèle la tendresse de Dieu, où Il donne sa force au malade, à la personne âgée ? Vous pouvez de vous-même le demander - Un ami, un voisin a pu vous en parler, et vous voulez bien le recevoir. Alors n’attendez pas pour vous signaler de toute urgence : au secrétariat (04.75.96.41.06).
Que le Seigneur bénisse ceux qui vont recevoir ce sacrement, ceux ou celles qui seront présents pour eux ce jour-là , l’assemblée paroissiale qui les entourera de leur prière, de leur présence fraternelle.

Père Marc de la Bourdonnaye






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP