BAPTISER, PLONGER DANS LA VIE.
 

« On veut faire baptiser notre enfant », disent souvent des jeunes parents qui vivent la merveilleuse aventure d’avoir donné la vie à un être humain, un enfant, leur enfant. Un enfant si fragile, si petit, complètement dépendant et pourtant ... un enfant qui donne sens et vie à ses parents, un enfant qui devient même le centre des préoccupations familiales allant jusqu’à dicter les horaires... « C’est le plus beau... il ressemble à... c’est mon rayon de soleil... je me dépêche de rentrer du travail... » autant de phrases qui sortent du visage illuminé des parents.
Voici que les amis, les voisins, les passants se précipitent pour voir ce petit être, lui parlent et guettent sa réaction... « il m’a souri ! ». Et voici que les nouveaux grands parents se découvrent une nouvelle vie : celle justement d’être grands parents.
Baptiser c’est à dire « plonger dans », plonger dans la vie, devenant source de vie de tous côtés... une vie qui jaillit de l’amour reçu et qui comble de bonheur même s’il faut traverser parfois des nuits sans sommeil. Et comment ne pas réentendre cette phrase de Dieu le Père lors du baptême de Jésus : « Tu es mon fils bien-aimé en qui j’ai mis tout mon amour » ? Combien de parents ne la disent-ils pas eux aussi avec leur mots et leurs gestes !
Baptiser : plonger dans la vie, plonger dans l’amour, plonger dans la famille, y compris dans la famille des enfants de Dieu qui adopte chacun comme étant le sien grâce à son Fils Jésus Christ. Oui le baptême intègre au groupe de ceux qui ont reconnu que la source ultime de tout amour et de toute vie est Dieu lui-même, ce Dieu ne cesse d’appeler à construire le bonheur. Oui le baptême donne consistance à l’Alliance que Dieu entretient avec chacun. Oui, le baptême est fait pour que l’enfant vive sa vocation humaine orientée vers le vrai bonheur.
Vivre, aimer, être heureux, traverser les difficultés inhérentes au quotidien, n’est-ce pas là la dynamique de la vie, de toute vie ? Une tâche permanente qui nécessite d’être en relation : relation avec les proches, relations avec les autres, relations avec Dieu. D’ailleurs l’homme n’est-il pas, par définition, un être de relation ? Pourtant donner vie aux relations n’est pas l’un des aspects les plus faciles de la vie d’aujourd’hui, mais n’est-ce pas une exigence de tout baptisé ; et ne dit-on pas « je suis baptisé », et pas seulement « j’ai été baptisé » ?

Raymond Baraché






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP