A mon ange...
 

Un jour que j’étais endormie
Je me suis éveillée sans souci
Quelque chose en moi venait de se passer
J’ai su tout de suite que tu étais là, à mes cotés
Cette sensation étrange et réelle à la fois
M’a fait peur et m’a comblée de joie
Toi, mon Ange, si étrange et si fidèle
Comment leur dire que tu n’es pas qu’éphémère ?
Tu as toujours été présent à mes cotés
Et toujours tu resteras à m’écouter !
Même mes plaintes, mêmes mes délires,
Tu ne jugeras
Même mes pensées, mêmes mes désirs,
Tu ne gronderas !
Mais quelle chance de t’avoir à mes cotés
Quand tout devient sombre et sans gaité !
Mon Ange, permets-moi de te dire
M E R C I
Car je t’aime à l’Infini.






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP